UA-122230937-1
La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Agenda

 

 

 

- Mercredi 11 décembre à 18h15, ceux qui ont aimé l'exposition Goya aux Jacobins (et comment pourrait-on ne pas l'aimer ?) auront peut-être envie d'assister à la seule et unique projection du film-reportage-thriller de Samuel Alarcon Oscuro y Lucientes (2018), à la recherche du crâne disparu du peintre (Non, ce n'est pas un de ceux mis au jour à Saint-Caprais !). Cinéma Les Montreurs d'images, 0553480454.

 

- Jusqu'au 7 décembre :Résultat de recherche d'images pour "fantasio musset"Résultat de recherche d'images pour "fantasio musset"
Fantasio, d’Alfred de Musset, au Théâtre du Jour.
« Alors, injouable, Fantasio ? Parions que non, même s'il est "le plus rêvé des rêves" de théâtre. » Le Monde, 24/09/2008, à propos du spectacle monté à la Comédie française de façon peu convaincante.

 

 

 - Lundi 18 novembre : les Archives départementales publient l'ouvrage Dans les allées de la justice : 47 verdicts en Lot-et-Garonne (315 p., 20 €), en vente aux Archives et chez Martin-Delbert, à l’occasion de l'exposition du même nom, qui sera ouverte jusqu'au 31 mars 2020 ; l'entrée est libre, 3 rue de Verdun. Horaires. C'est une lecture captivante, qui montre à quel point les assassins sont bêtes, gâchant au moins deux vies (dont la leur) pour des clopinettes et avec des moyens bricolés. De nombreux documents sont reproduits, dont les lettres débiles et pathétiques des meurtriers ou des corbeaux et les curieux dessins, parfois délicieusement aquarellés, parfois naïfs, dressés par les gendarmes dans leur rapport. Hélas, les Archives ne sont pas une maison d'édition. Aussi on regrettera les nombreuses fautes de français (la prochaine fois, demandez donc à l'Académie de vous relire !) et aussi le choix de résumer les noms propres à leur initiale, ce qui rend certaines pages terriblement confuses dès qu'il y a plus de deux personnages.

 

 
- Illustre parmi les Illustres, Bertrand Solès a prononcé le jeudi 14 mars la causerie inaugurale d'un cycle de conférences dédié aux dix imposants portraits de la grande salle de la mairie ; sa connaissance de notre histoire, soutenue par un remarquable talent de conteur, a permis de découvrir le comment et le pourquoi de cet ensemble
magnifique, avec un humour auquel le vénérable lieu n'est pas accoutumé. L'événement était organisé par le Musée et les Archives municipales, dans le cadre d'un appel au financement par les particuliers de la restauration légère que demandent ces tableaux séculaires. Budget 140 000 €, soit à peu près l'équivalent d'une de ces études d'experts futuristes dont la municipalité actuelle est si friande (voir plus bas).

 

 - Lors d'une récente séance (04/02) le conseil municipal a examiné une expertise savante et sans excès de réalisme que la ville s'est offerte sur notre avenir. Madame l'adjointe à la culture a modestement remarqué l'absence totale de cette dernière dans le rapport et monsieur le conseiller à l'opposition le nombre important de phrases creuses agrémentées de fautes de français. En revanche, il a émis l'idée que la ville d'Agen ferait bien d'appuyer sa notoriété sur la présence de la Garonne, haut-lieu de la biodiversité : ce serait, dit-il, le paradis des poissons migrateurs. Écouter ici son enthousiaste intervention. Personne, en revanche, n'a relevé que le sujet sans doute le plus important (les étés agenais devenant progressivement insupportables) est totalement absent des préoccupations.

 

- Le mercredi 29 mai à 18h30 au bar du Florida : séance "Faut-il interdire les écrans ?", une vaste question touchant à plusieurs domaines, dont chacun, peut-être, requiert une réponse différente.
Nous y fumes, il n'y avait personne, rien ne s'est passé, dommage. La subvention de 169 000 € est maintenue.

 

Résultat de recherche d'images pour "général de valence"
Jean-Baptiste de Timbrune de Thiembronne, 
comte de Valence (1757-1822),
Illustre en cours de restauration (du moins le tableau).