UA-122230937-1
La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Automobile
L'automobile, au temps où elle était désirableL'automobile, au temps où elle était désirable

Ce "Garage Lassoujade, Agence Citroën" est aujourd'hui un bâtiment à l'abandon qui jouxte l'Académie d'Agen et sert apparemment de panneau publicitaire ou de sortie de secours (et de dépotoir ?) à une discothèque de la ruelle adjacente. Le beau document, qui vient du site de Dr Danche, un thuriféraire de la DS, nous rappelle combien Agen a été une ville chic.

Comme tout automobiliste a tendance à vouloir stationner au pied de son travail ou du lieu où il fait ses courses, puis devant chez soi quand il rentre, la gestion des flux et du stationnement publics sont un casse-tête pour celui qui a l'imprudence de vouloir diriger la cité.

De l'imprudence au désir d'aventure, il n'y a qu'un pas et Agen a pris le pari risqué de restreindre sur l'axe central l'accès et la circulation automobiles, quitte à créer des engorgements à certains endroits étroits, et à voir péricliter le commerce et la vie intramuros.

 

Que peut David contre 870 Goliaths ?Que peut David contre 870 Goliaths ?
Heureusement, de généreuses entreprises sont toujours prêtes à fournir leur assistance aux petites gens : Vinci Park devenu Indigo gère des milliers de parkings dans le monde et en tire au bas mot mille millions d'Euros. D'où les 870 places de la gare d'Agen, qui valent bien - pensent certains - la perte du panorama de l'Ermitage. La construction, entièrement métallique et préfabriquée, a été montée comme un Meccano, en un temps record. Va-t-on la démonter quand la gare sera plus ou moins désaffectée ? Suggestion : on pourrait la conserver et en profiter pour éliminer le parking du marché, désormais moins vital. En attendant, les riverains privés de leur perspective verte peuvent toujours contempler les panneaux de chantier et y faire le comptage des fautes de français : 

Passe ton bac d'abord !Passe ton bac d'abord !

 

En attendant qu'une administration future y mette le holà, le cœur d'Agen est étouffé par un nombre ahurissant de voitures en stationnement (autant que d'habitants, davantage ?) et, en même temps, cadenassé par un circuit épouvantablement bruyant et polluant formé par une gymkhana sans fin de vieilles bagnoles, de 4x4, de SUV et de semi-remorques à fond de train : voie sur berge, avenue de Gaulle et boulevard de la Liberté lui font une ceinture infranchissable de vacarme et de particules fines qui interdit toute velléité de promenade au pauvre piéton. 

 

Voir aussi notre page Urbanisme.