UA-122230937-1
La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

 

Les curiosités

ne sont pas forcément de vilains défauts

 

 

Sandrine Lavaud raconte qu'un "sieur Ambard", ayant acquis en 1793 le cloître de Saint-Caprais bradé par la nation, fit enterrer deux chapiteaux ornés de sculptures obscènes et détruisit presque tout le reste. Son petit-fils le docteur Louis Amblard, précisait Philippe Lauzun, fit don au musée des chapiteaux qui subsistaient. C'est dans un coin sombre de ce digne établissement - plus précisément sous la galerie de la cour de Vaurs - que les curieux dénicheront un élément qui provient peut-être de ce saccage et dont la truculence scabreuse semble avoir échappé à la pruderie du promoteur car on n'y voit ni vulve ni pénis.

Des images obscènes sculptées dans les églises romanes, généralement sur des modillons ou des chapiteaux, on en trouve à foison. Que le tailleur de pierre s'en soit donné à cœur joie ou que le commanditaire ait demandé une illustration édifiante de ce que nous inspire Satan, les explications hypothétiques des spécialistes ne manquent pas.

Mais le chapiteau scabreux d'Agen présente la particularité d'être conçu comme une frise tournante, sorte de bande dessinée dont la continuité n'est brisée que par un visage en gros plan (selfie de l'auteur ?). Son inspiration scatologique est des plus singulières, et il a dû susciter plus volontiers la bonne humeur que la crainte ou le désir. Si cette outrance plutôt rabelaisienne peut choquer les gens de "bon goût" aujourd'hui, on voudra bien retenir qu'il est sans doute unique, au moins sur pierre (son thème se retrouve parfois dans les marges des pages enluminées des monastères). L'œuvre est d'ailleurs absente de la profusion d'images de ce genre sur Internet. C'est donc encore une de ces richesses cachées dont la ville d'Agen peut s'enorgueillir.

 Le personnage qui se bouche le nez prend à témoin le visiteur des siècles à venir, cependant que ces messieurs piétinent un animal. Se moqueraient-ils du diable ? Quel mystère !Le personnage qui se bouche le nez prend à témoin le visiteur des siècles à venir, cependant que ces messieurs piétinent un animal. Se moqueraient-ils du diable ? Quel mystère !

 

Face latérale : le personnage tire la queue de l'animalFace latérale : le personnage tire la queue de l'animal

Face opposée : il semble que l'animal est en train d'en avaler un autre, à moins qu'il le régurgite...Face opposée : il semble que l'animal est en train d'en avaler un autre, à moins qu'il le régurgite...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Seule face du chapiteau que remarque, ou ne remarque pas, le visiteur distraitSeule face du chapiteau que remarque, ou ne remarque pas, le visiteur distrait