UA-122230937-1
La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Rugby or not rugby ?

Description de l'image 05.10.71 Procès René Vignal les témoins Danos, Leduc, Zatelli, Just Fontaine, (1971) - 53Fi1066 (Danos).jpg. 

Les Anglais d'avant le Brexit ont appris aux Aquitains deux choses : comment faire du vin rouge promis à un grand avenir et, comment jouer à la balle ovale, en gentlemen non dépourvus de brutalité. Le malheur, c'est que seul le dernier mot est resté. En tout cas, c'est l'impression que donne ce sport aujourd'hui à tous les supporters qui l'ont découvert en suivant, entre autres innombrables héros, le jeu de Pierre Danos à Béziers.

Tous les vrais amateurs de rugby déplorent que le poids de l'argent en ait passablement allégé l'intérêt. Dans la presse, il nous arrive de lire des commentateurs du SUA dénoncer la tendance à voir des "bourrins" donner à un public qui en redemande des "mêlées-cathédrales", voire du double placage, etc. Si Clermont-Ferrand engage un mastodonte de 1,96 m qui chausse du 50, sommes-nous obligés d'aller chercher plus loin que la Nouvelle-Zélande, mettons sur la planète Mars, un joueur de plus de deux mètres et deux cents kilos ? Ceux qui le croient nous entraînent vers de plus en plus de violence aveugle, pour satisfaire une foule surexcitée qui ne sera finalement jamais comblée que par la mort en direct, comme dans le film Rollerball.

On ne peut aimer Agen sans aimer le rugby, bien sûr, mais une réflexion profonde sur son évolution devrait être engagée, et pas par les parties qui y ont un intérêt financier s'il vous plaît. Un peu de la fraîcheur du jeu de terroir serait bien venue, avec le goût du panache, la vitesse, l'art de l'évitement et de la passe.

Sinon, on ne pourra que critiquer la Ville de lier sa réputation et les cordons de sa bourse à une tendance pernicieuse qui, en outre, ne se contente que de demi-succès et de vrais échecs présentés comme glorieux.