UA-122230937-1
La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

 

La vie qui va


           Chaque semaine, il se passe quelque chose.
          C'est parfois important, bête ou simplement curieux,

        c'est la vie qui va, au jour le jour.

 

 

25 mars : dans un entretien de ce jour avec un journal local, le maire d'Agen répond à nos observations sur les marchés de plein air en mettant en avant son obligation (son désir ?) de se soumettre aux ordres venus de très haut. Bien sûr, c'est son droit et sa philosophie, de même que le maire de Toulouse pense le contraire. Mais il nous semble que, compte tenu de la conjoncture et de la démonstration que les anciennes méthodes politiques ne seront jamais plus à la hauteur des événements mondiaux, les élus locaux devront se poser en défenseurs de leurs territoires et non plus en relais de décisions incohérentes et inefficaces prises de loin. C'est du sang jeune et combatif qu'il va nous falloir à l'avenir dans nos communes.

 

23 mars : le Conseil D’État, qui ne va pas souvent faire ses courses pour manger, a enjoint au Premier ministre de fermer les marchés de plein air. Ce dernier ayant obtempéré, comme toujours, et la permanence municipale ayant fait de même, voilà les Agenais privés de produits alimentaires frais, sains et à des prix supportables, avec une occasion de respirer un peu. Le marché central, ses produits de luxe et son supermarché agro-industriel, font exception : ils restent ouverts à toute promiscuité, de même que les innombrables hypers de l'agglomération, encore qu'à vingt minutes de bus confiné ! Tout cela étant passablement malsain, la Chambre d'agriculture a donc suggéré à Monsieur l'ex-et-futur maire de demander une dérogation à Madame la préfète, que l'on ne voit pas souvent à la Porte du Pin ni même à Jasmin, comme lui (pendant la campagne électorale en tout cas) . 

 

11 mars : le torchon brûle sur les écrans. La 3ème salle des Montreurs donne des sueurs froides à l'exploitant  d'en face (voir ici). Pourtant, les programmes obstinément populaires de CGR n'ont rien à voir avec les films tiers-mondistes et bien pensants du Studio Ferry ; on peut même dire qu'avec sa haine de la version originale, le multiplexe se ferme aux vrais cinéphiles, qui ont ainsi été empêchés récemment de voir des films comme "Starwars" ou "Brooklyn Affairs" (voir un film avec Bruce Willis et Willem Dafoe parlant avec l'accent parisien, help!) Donc vivement que le studio Ferry ait une salle spéciale pour des films grand public en langue originale, compris ? 

 

27 février : voilà le parvis de Saint-Caprais assez vaste pour dégrader plusieurs capitaines Dreyfus à la fois. On peut dire que c'est un sacré progrès ! Mais on peut dire aussi que la crise du climat aurait plutôt voulu que l'on ajoute douze peupliers supplémentaires à l'allée existante. Quant aux pleurnichements des automobilistes qui trouvent leur voiture salie par les arbres, peut-on suggérer qu'il devraient aller se garer ailleurs ?
Et pour bien peaufiner cette place dévolue à l'architecture ancienne, il est question de réinstaller le manège en sous-sol pour libérer la perspective. Toutefois, le déménager place Castex coûterait moins cher et ferait d'une pierre deux coups : ce bout de boulevard déshérité gagnerait beaucoup à un peu d'animation enfantine.

 

20 janvier : Agen classé 75ème commune "où il fait bon vivre", loin derrière Clermont-Ferrand ou Clichy. Quelle déception pour ses habitants, qui voient les choses autrement, quel camouflet pour la municipalité qui se gargarise en permanence (électorale) de ses excellents résultats. En 2020, il va falloir se ressaisir pour rendre la ville attrayante en améliorant ses points faibles : indigence des espaces verts, de l'ombre et des fontaines, surabondance de voitures en stationnement partout sauf dans les parkings de dissuasion, refonte totale des commerces : la ville n'offre en majorité que du prêt-à-porter bas de gamme, des agences immobilières, des banques et des assureurs, à défaut des commerces de proximité dont surtout les alimentations, inexistantes dans le centre depuis des années.


7 janvier : les mystères des tombeaux de Saint-Caprais sont déjà en partie dévoilés par les archéologues, sur le blog de la société Eveha. Voici la face cachée du couvercle du sarcophage, un peu bousculé au tractopelle tout de même :

 http://www.eveha.fr/wp-content/uploads/2020/01/detail_rosace_sarco-768x576.jpg